Àlex Nogué Àlex Nogué

Un parèntesi reflexiu necessàri
Eudald Camps, Diari de Girona. Fundació Valvi, 2011

Àlex Nogué, 4 i 5, 2005
Carles Guerra "Paisatge amb figures II" Valls capella de Sant Roc.

"Un text sense citacions literals, a exepció d'una"
Carles Guerra. Exposició"Paisatge amb figures/Landscape with figures" 2004-05. Sales Municipals. Girona

"The message game", 2004
Àngel Burgas. 2004

"Beyond reflection", 1998
Vicente Jarque.1998

"Réversion", 1996
Clara Garí,1996

"Conjuncions", 1995
Rosa Martínez,1995

"Collected letters 1993/1994"
Carme Ortíz. 1994

"Révesion"

Exhibition "Reversions" Coclea, Camallera, Girona. 1996

RÉVERSION

réversion fem. 1.- a. Action de régresser. b. Son effet.
2.- Retour d'une chose ou d'une personne à son état antérieur. 3.- Développement anormal d'un organe rudimentaire qui en rappelle un autre d'une espèce inférieure. 4.- gén. Mutation expérimentée par un individu dans le sens inverse d'une mutation antérieure, constatée par le fait qu'il y a retour au phénotype sauva-e inicial. 5.- gén. anthrop. Atavisme.
6.- rhét. Permutation.
Diccionari de la Llengua Catalana.
Enciclopèdia Catalana. Barcelona 1995

réversion fém. Figure qui dans là rhétorique classique coïncide avec l'hyperbate, la commutation, I'inversion, la régression, etc. Actuellement, s'entend comme une forme d'antithèse, I'usage répété d'un mot qui change partiellement de signification.
Diccionari de termes literaris de la Llengua Catalana
Edicions 62. Barcelona 1991


Notre réalité la plus immédiate, la plus évidente, le temps, est un processus irréversible. Bien entendu, il y a d'autres mondes, d`autres réalités, d'autres natures. Dans la nôtre, cependant, la flèche du temps n'a qu'une seule direction et dessine une ligne.extrêmement claire, inexorable: le roi de Thulé boit pour une dernière fois à la santé de son aimée, morte. Puis il jette sa coupe de cristal. Plus d'aimée, jamais. Plus jamais de coupe. Nous. ne pourrons pas revenir sur ce geste qui brise la coupe, sur la jeunesse qui passe, sur le mot prononcé, sur l'acte consommé.

Le temps n'est pas réversible. Nous pouvons certes le nier, mais non l' invertir. Nous avons précisément inventé les processus tels que rectifier, révoquer, dévier, défaire, comme substituts, ou pis-aller, de notre incapacité de régresser. Pour cela même, sans doute, les réversions présentent-elles une telle importance dans les réalités imaginaires, dans les géographies de la pensée, dans les images. Parce que, biologique, génétique, anthropologique ou rhétorique, la réversion est toujours un processus conceptuel, une brillante figure de la pensée. 'Retour d'une chose ou d'une personne à son état antérieur', 'retour au phénotype sauvage inicial': ces définitions scientifiques que l'on suppose transparentes et fonctionnelles, en apparence dépourvues de tout ornement qui pourrait en troubler le sens, enferment l'idée nostalgique de l'origine, le rêve d'un retour à l'état primitif, la recherche du temps perdu, la possibilité d' entrevoir un, impossible chemin de retour. Les réversions appartiennent à des réalités qui, non pas physiques, sont étrangères à la structure temporelle du monde au sein duquel nous vivons. C'est bien pour cela que leur pouvoir évocateur -contradictoire et imprécis dans le cas de la biologie ou de la génétique- s'incarne surtout dans le langage: la réversion linguistique rend possible la figure poétique et 1'image visuelle.

C'est dans ce second sens que nous devons, comprendre le titre de 1'oeuvre d'Àlex Nogué et de Victor Sunyol. Reversions comprises comme figures de la pensée, comme une sorte d'antithèse, dans lesquelles un même concept -un mot- passe par différents contextes et, à mesure qu'il les imprègne de son sens, en devient lui même imprègne; paradoxalement, une sorte de "réversion irréversible", pourrait-on dire. Les réversions ne doivent pas être considérées comme un .phénomène exclusivement artistique ou comme un 'cultisme' rhétorique. Toutes les langues, des plus rudimentaires aux plus subtiles, sont pleines de ces mots réversibles et changeants selon le langage qui les entoure, selon leur contexte.

Victor Sunyol projetait d'écrire au sujet des sculptures d'Àlex Nogué pour une exposition de la -Nau Côclea- J'ignore de qui est partie l'idée de renverser les rapports, mais je suis bien sûre que l`idée est née de la conviction wittgensteinienne de l'impossibilité de 'parler d'art' du dehors du phénomène artistique lui-même (vieille discussion qui, bien que non résolue, a engendré jusqu'à ce jour beaucoup d'alternatives intelligentes). C' est alors qu'Àlex suggéra quelques mots. Tous deux se mirent au travail, non plus sur les sculptures, mais sur les mots mêmes, pour produire des réversions: dessins et poèmes qui ne commentent pas, n'illustrent pas, ne signalent pas, n'accompagnent pas, qui existent tout simplement.

Le résultat, c'est curieux, récupère les nuances que l'on découvrait tapies derrière les définitions génétiques:
l'oeuvre s'est dépouillée et retourne à un état antérieur, plus original, plus pur, plus dénudé. A cet état rêvé de sculptures qui n'auraient pas subi l'effort du contrôle de la forme, la pesanteur de la matière, le feu des soudures, la rouille de 1'humidité, là rouille des heures; de poèmes qui ne seraient passés par les vicissitudes du lexique et les servitudes du langage, par les filtres correcteurs, la rouille de 1'oublié, la rouille des heures.
Ce petit livre est un grand défi: nés de quelques mots, des dessins et des poèmes parcourent des paysages qui les transforment, les renversent. Ce voyage les mène sans doute à un lieu original, inaccessible depuis notre réalité physique Et voici que le langage entrebâille maintenant les portes d'un espace nouveau où il nous invite: il est sauvage, au sens le plus dénudé et le plus mental du mot.

Grimpons donc à la charrette et prenons la route. bans cet univers réversible, le langage acquiert tout son sens et sa dignité la plus haute: il instaure la réalité et la configure.

Àlex Nogué, Víctor Sunyol, Reversions, Nau Côclea,
Centre d'Art Art Contemporain Saint-Cyprien, 1996. ISBN 84-7602-986-1

 

Àlex Nogué cc